Scénario cauchemardesque
pour les Violets

Partager l'article
Publié le 11/01/2020 à 22h24
Modifié le 13/01/2020 à 15h05

En tête à la pause, les Violets ont craqué en seconde période face au Stade Brestois, encaissant quatre buts. Un nouveau revers et une très mauvaise opération comptable avec les succès dans le même temps de Nîmes et Metz. 

 

Toulouse FC 2-5 Stade Brestois 29

Samedi 11 janvier 2020 - 20h00, Stadium

Buteurs : Court (8'), Charbonnier (72' et 77'), Mbock (79') et Cardona (85') pour Brest - Diakité (17' et 20') pour le TFC

TFC : Reynet - Amian, Gabrielsen, Diakité, Sylla - Vainqueur, Sangaré - Dossevi (puis Koné 89'), Sanogo, Koulouris (puis Leya Iseka 68'), Boisgard (puis Makengo 83')

Entraîneur : Denis Zanko

SB29 : Larsonneur - Baal, Duverne, Castalletto, Faussurier (c) - Diallo (puis M'bock 40'), Lasne (puis Mendy 67') - Cardona, Battocchio, Court - Charbonnier 

Entraîneur : Olivier Dall'Oglio

 

Les temps forts 

  • 5' : Premier corner de la rencontre, frappé par Matthieu Dossevi. Au deuxième poteau, Issiaga Sylla s'impose mais ne parvient pas à ajuster suffisamment sa tête pour la cadrer. 
  • 8' : Parti dans le dos de la défense violette, Yoann Court file au but et parvient à tromper Baptiste Reynet, pourtant venu à sa rencontre. Malgré la bonne entame de match violette, nos joueurs sont punis... (0-1). 
  • 16' : Nouveau corner violet, cette fois de l'autre côté. Rapidement joué par Quentin Boisgard et transmis à Matthieu Dossevi, le ballon est parfaitement centré à destination de Bafodé Diakité. Le défenseur central ne se pose pas de question et envoie le cuir dans le soupirail de Larsonneur. Quel retour au Stadium pour le Pitchoun ! (1-1)  
  • 23' : On prend le même et on recommence, toujours sur corner ! Cette fois, le passeur se nomme Quentin Boisgard. Le buteur, lui, reste Bafodé Diakité, auteur d'un doublé en Ligue 1 ! En l'espace de six minutes, les Violets ont renversé la situation (2-1). 

 

  • 32' : Nouvelle différence faite par Matthieu Dossevi sur le côté droit. L'ailier violet fonce vers la surface et tente de servir Efthymios Koulouris. De quelques centimètres, le Grec est trop court et ne peut pousser le cuir au fond des filets brestois.     
  • 45' : Profitant d'une belle récupération haute de William Vainqueur, Quentin Boisgard se joue de deux défenseurs adverses avant d'essayer d'enrouler un tir. Malheureusement, le ballon passe à quelques mètres du but de Larsonneur. 

 


 

  • 49' : De vingt-cinq bons mètres, laissé seul, Matthieu Dossevi allume une vraie mèche. Larsonneur ne prend pas de risques, et dévie en corner. Celui-ci, pour une fois, ne donne rien.  
  • 61' : Belle détente signée Baptiste Reynet pour stopper une belle frappe, depuis l'entrée de la surface violette, de Battocchio. 
  • 71' : Tout juste entré en jeu, Alexandre Mendy est trouvé côté droit, et déborde. Pourtant dos au but, Gaëtan Charbonnier réalise le geste parfait, et envoie le cuir dans la lucarne de Reynet. C'est magnifique, mais surtout cruel. (2-2)
  • 77' : Pas encore remis de l'égalisation brestoise, les Violets craquent une troisième fois, après un coup de billard dans la surface qui profite à Charbonnier, à son tour auteur d'un doublé. (2-3)
  • 79' : Et de quatre, sur un tir lointain, surpuissant et magnifique du jeune Mbock sur lequel Baptiste Reynet ne peut strictement rien. Malgré leur bonne volonté, les Violets n'y sont plus dans cette fin de rencontre et les Bretons en profitent. (2-4)
  • 85' : Très actif tout au long de la rencontre, Cardona y va lui aussi de sa réalisation, scellant l'issue du match...

 

La réaction

Baptiste Reynet au micro de beIN Sports :

"On fait une très bonne première mi-temps au cours de laquelle on a eu le mérite de revenir au score avant de prendre l'avantage. Après, honnêtement, je ne sais pas comment on a fait pour perdre ce match... Peut-être que je ne suis pas lucide à chaud, parce qu’on sort du match, mais je n’arrive pas à comprendre comment on a pu perdre. Pour moi, ce n’est pas Brest qui a gagné, c’est nous qui leur avons offert la victoire. Je n’ai pas les mots pour expliquer ça, franchement..."

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Vous pouvez modifier les réglages de votre navigateur à tout moment. En savoir plus