"Le sentiment d'être proche
d'un résultat, et si loin"

Partager l'article
Publié le 05/02/2020 à 22h04
Modifié le 05/02/2020 à 22h21

Retrouvez la réaction de Denis Zanko à l'issue du revers du TFC concédé ce mercredi soir au Stadium face à Strasbourg. 

"On fait une première mi-temps cohérente, dans la lignée de ce qu’on a pu faire à Lyon et Amiens. Progressivement, dans ce premier acte, on a eu un gros temps fort avec une équipe qui se libérait. Nos deuxièmes périodes sont plus délicates, on lâche du terrain, on recule. A 0-0, on a la première grosse occasion avec la tête de Bafo’.

J’ai un sentiment mitigé. On est proche et on est loin, il va me falloir du temps pour digérer tout ça. Les équipes qui sont mal classées ont souvent des faits de jeu qui leur sont défavorables.

Les rivaux qui performent ? J’avais dit avant le match que notre parcours nous donnerait des motifs d’espoirs. On ne maîtrise pas les résultats adverses, on ne peut pas reprocher grand chose aux joueurs dans leur état d’esprit. On manque de confiance, on a un sentiment d’impuissance sur le plan offensif. On manque aussi de justesse technique.

La défiance, le scepticisme ? On les connaît depuis plusieurs semaines. Notre travail avec le staff, c’est de remobiliser les joueurs pour entretenir une flamme. Dès demain, on sera au travail.

Adil Taoui et Janis Antiste ont fait preuve d’insousciance. On a senti beaucoup d’envie de bien faire. Le Centre est un gros point d’ancrage pour le club. Ces gamins là, on a envie de s’appuyer sur eux, mais on préférerait le faire dans d’autres circonstances. Quentin Boisgard commençait à piocher, je pensais faire entrer Jean-Victor Makengo pour renforcer le milieu mais on encaisse ce but qui change la physionomie."

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Vous pouvez modifier les réglages de votre navigateur à tout moment. En savoir plus