Face à l'OM, le TFC craque
à quinze minutes du terme

Partager l'article
Publié le 24/11/2019 à 23h35
Modifié le 26/11/2019 à 16h24

Trop rapidement réduits en infériorité numérique, les Violets ont fini par craquer à l'amorce du dernier quart d'heure face à des Olympiens patients. Un revers frustrant pour notre groupe, qui a vu un Mandanda décisif...

 

Toulouse FC 0-2 Olympique de Marseille

Dimanche 24 novembre 2019 - 21h00, Stadium

Arbitres : Monsieur François Letexier, assisté de Messieurs Mugnier et Rahmouni

Buteurs : Benedetto (76'), Radonjic (79')

Avertissement : Sangaré (32'), Strootman (70'), Camara (82'), Amian (86')

Expulsion : Moreira (39')

TFC : Reynet - Moreira, Isimat-Mirin, Rogel, Sylla - Sangaré, Boisgard - Dossevi (puis Saïd 83'), Sanogo, Koulouris (puis Amian 45+2'), Gradel (c) (puis Leya Iseka 84')

Entraîneur : Antoine Kombouaré

OM : Mandanda (c) - Sarr, Kamara, Perrin, Sakaï - Strootman, Rongier, Sanson (puis Germain 75') - Lopez (puis Radonjic 64'), Payet, Benedetto  (puis Ayé 88')

Entraîneur : André Villas-Boas

 

Les temps forts 

  • 2' : Sur le premier corner de la rencontre, Payet trouve Perrrin, qui coupe au premier poteau. Baptiste Reynet, vigilant, est déjà à la parade. Le portier repousse le cuir de la jambe sur cette tentative à bout portant. 
  • 16' : Montée violette, sur le côté gauche, avec un Issiaga Sylla percutant. Le ballon arrive dans la surface olympienne, jusqu'à Efhtymios Koulouris, qui écrase sa frappe.  
  • 18' : Contre olympien, terminé par un tir de Rongier bien boxé par Reynet. Le milieu adverse avait profité d'une belle remise signée Benedetto. Gênés lorsqu'ils tentent de mettre leur jeu en place, les Olympiens sont en revanche actifs à chaque récupération haute. 
  • 25' : Enfin trouvé face au but, à l'entrée de la surface, Dario Benedetto ne se pose pas de questions et arme une frappe tendue. Le cuir termine à quelques centimètres du poteau gauche de Baptiste Reynet. 
  • 28' : Coup-franc lointain signé Matthieu Dossevi. L'ailier parvient à trouver, au point de penalty, Yaya Sanogo. De la tête, notre numéro 9 ne parvient pas à mettre assez de puissance pour inquiéter Mandanda.  
  • 39' : En voulant contrer une relance de Bouna Sarr, Steven Moreira réalise un tacle en retard, et dangereux sur le défenseur marseillais. Le latéral violet est exclu, après consultation du VAR. 
  • 45+3' : Dernier contre toulousain, qui se termine par une frappe trop écrasée de Yaya Sanogo. Mandanda, sans trembler, capte le cuir. 

     

  • 48' : En contre, les Violets parviennent encore à se montrer dangereux. Après un très bon travail de Matthieu Dossevi, et une remise signée Yaya Sanogo, Max-Alain Gradel ose la reprise en force. C'est au-dessus. 
  • 56' : Premier dans les airs sur le bon centre de Payet, Benedetto cadre sa tête mais n'inquiète pas Baptiste Reynet.  
  • 64' : Pourtant idéalement placé, le coup-franc de Dimitri Payet passe au-dessus de la transversale toulousaine.  
  • 70' : De la tête au second poteau, après un centre de Matthieu Dossevi, Ibrahim Sangaré pense ouvrir la marque. C'était sans compter sur un Steve Mandanda auteur d'une parade décisive, sur sa ligne.
  • 76' : Alors qu'ils pressaient depuis de nombreuses minutes, les Marseillais finissent par trouver l'espace nécessaire pour défier Baptiste Reynet. Sur une passe de Payet, Benedetto fait le geste juste et ouvre la marque. 
  • 79' : Perte de balle violette à trente mètres des buts. Radonjic en profite pour filer dans la surface, défier Rogel et ajuster Baptiste Reynet. Le break est fait (0-2). 
  • 90' : Dernière tentative olympienne, avec une frappe de Rongier des vingt-cinq mètres détournée par Reynet. 

 

La réaction
Max-Alain Gradel au micro de Canal+

"On comprend la déception de nos supporters. Ce n'est pas facile, ils paient leurs places, ils s'abonnent chaque année... C'est donc normal d'aller les voir pour discuter avec eux. Nous vivons des moments difficiles, ils aimeraient que leur club se comporte mieux en championnat. Nous essayons de leur expliquer que nous donnons tout, notamment ce soir. Jouer Marseille en infériorité numérique, c'est difficile... Dans cette période, c'est très important de rester unis, de rester concentrés et de continuer de travailler. Le classement est serré, avec une série de deux victoires, on peut remonter à la douzième ou treizième place, rien n'est perdu!"

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Vous pouvez modifier les réglages de votre navigateur à tout moment. En savoir plus