Antoine Gérard “On a bien mieux anticipé
qu’au premier confinement”

Partager l'article
Publié le 12/11/2020 à 09h40
Modifié le 12/11/2020 à 09h40

À l’image de l’Académie et de l’école de foot, la Section Féminine fait contre mauvaise fortune bon cœur. Antoine Gérard et le staff des Féminines ont tiré les enseignements du premier confinement pour proposer un programme approprié.

 

Hors de question de relâcher les efforts pendant cette période particulière. Le suivi, l'entretien physique et la cohésion de groupe sont au coeur du programme concocté par Antoine Gérard et son staff. Le responsable technique de la section féminine explique la manière dont ils ont anticipé ce nouveau confinement. 

Avant tout, comment allez-vous, et comment se portent les filles ?

Les filles vont bien. Les entraîneurs et les éducateurs aussi. On est conscients qu’on est privilégiés, on n’est pas mal lotis, et surtout, personne n’est atteint du virus

Comment les filles se maintiennent-elles en forme pendant le confinement ?

Elles ont un programme de préparation athlétique construit par un préparateur du club. C’est la même chose chez les U19 et les Séniors. Elles ont une séance quotidienne, et une séance commune hebdomadaire en visio.

Il y a aussi la cohésion d’équipe qu’il est indispensable de maintenir. Comment vous-y prenez-vous ?

Chaque semaine, on organise une soirée à thème sous forme de quiz, quelque chose de convivial autour d’un jeu, pour conserver l’esprit d’équipe. Garder l’esprit de la compétition mais avec quelque chose de plus léger.

Pour casser un peu la routine aussi ?

Oui, s’entraîner seul, à la longue, c’est compliqué. Donc il faut maintenir le sentiment d’appartenance au groupe. Il faut qu’elles puissent continuer à s’entraîner avec des séances athlétiques, mais elles sont heureuses de se retrouver avec ces soirées, ça paraissait important de créer quelque chose de convivial en plus.

 

“Profiter de cette période pour imaginer le futur de la section féminine”

 

Quelles différences y a-t-il par rapport au premier confinement ?

Tout le monde était prêt, dès qu’on a entendu parler de reconfinement, on a imaginé ce qui allait se passer. On l’a bien mieux anticipé que le premier, les préparateurs ont fait un super boulot. L’objectif, c’est de pouvoir reprendre dès qu’on le pourra, être prêts dès le déconfinement.

Les filles ont facilement adhéré à ce mode particulier d’entraînement ?

Absolument, elles sont parfaitement réceptives. On leur demande aussi de faire attention à leur alimentation à domicile mais elles sont sérieuses, elles s’entretiennent normalement. Certaines d’entre elles ont quelques soucis de sommeil avec le changement de rythme et la diminution de l’activité, mais on essaye de les accompagner pour régler ça.

Arrivez-vous à tirer profit de cette période de confinement, où l’activité est totalement différente ?

Oui on avait déjà beaucoup travaillé lors du premier confinement pour affiner le projet technique. Là, on est concentré sur le projet de structuration générale de la section, on met cette période à profit pour imaginer le futur de la section féminine, en tenant compte évidemment des résultats et de l’avenir. On se dit aussi que le travail qu’on fait nous permettra d’avoir peut-être de l’avance sur certaines équipes, ou de rattraper notre retard sur d’autres qui seraient moins prêtes que nous. On veut mettre à profit cette période inhabituelle pour chacun et chacune.

Retrouvez très prochainement des nouvelles de la Préacadémie !

Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience. Vous pouvez modifier les réglages de votre navigateur à tout moment. En savoir plus